Skip to content

Confinement : deux campagnes de communication rĂ©ussies đŸ”„

Si de nombreuses entreprises ont stoppĂ© leurs campagnes de communication Ă  l’annonce du confinement, et pour toute sa pĂ©riode, d’autres ont continuĂ© et elles ont bien eu raison !

Le confinement, meilleure période pour communiquer ?

Les humains passent maintenant un temps consĂ©quent sur internet. Les plus gros “pure players” (entreprise commerçant uniquement sur internet) du monde se battent pour vous prendre davantage de temps. Ce n’est pas pour rien. Il est aberrant, dans la logique de notre sociĂ©tĂ©, que des entreprises aient arrĂȘtĂ© d’investir Ă  cet endroit ! Bien sĂ»r je ne parle pas ici de celles pour qui il s’agissait d’une question vitale.

Pourtant la logique tombe sous le sens (d’ailleurs est-ce bien de la logique ?).

L’équation est la suivante :

Chîmage partiel = Potentiel d’ennui Important

Potentiel d’ennui Important = Explorer les rĂ©seaux sociaux et internet

Les français ont passĂ© en moyenne 3 heures par jour sur internet, contre une moyenne de 2h12 en temps normal. Et encore, c’est une moyenne. Les valeurs mĂ©dianes feraient apparaĂźtre une diffĂ©rence davantage significative. Avec 12,4 millions de travailleurs au chĂŽmage partiel, les marques avaient lĂ  une sacrĂ©e audience !

Burger King, une campagne dans l’actualitĂ©

Le choix de cette marque est bien entendu subjectif. La communication de Burger King me semble avoir Ă©tĂ© particuliĂšrement intelligente. Elle repose sur plusieurs points, dont une visibilitĂ© importante sur les rĂ©seaux sociaux et une articulation sur plusieurs axes, qui suivent de prĂšs la suite des Ă©vĂšnements. Cette “campagne” est simple, dĂ©calĂ©e et efficace. Une constante pour cette marque.

18 mars : restez chez-vous !

RĂ©action rapide face au confinement. La marque joue avec l’un de ses slogans.


30 mars : faites le chez-vous

Reprise du concept DIY* (Do It Yourself – Faire soi-mĂȘme) intelligemment exĂ©cutĂ© en collaboration avec plusieurs marques d’agroalimentaire. Vous me direz, on n’a pas attendu le “DIY” pour inventer le SystĂšme D, mais bon, c’est english, c’est marketing, ça fait bien.


7 avril : tenez bon

Valorisation par l’excĂšs du produit de la marque qui vaut en temps normal environ 7€, ici affichĂ© Ă  135€, prix de l’amende. Une invitation pour les joueurs ? Le psychologue canadien Eric Berne parlerait peut-ĂȘtre d’exploitation du jeu psychologique “Gendarme et voleur”.


11 mai : ré-ouverture des drives

Exploitation des rÚgles de déconfinement données par le gouvernement.

Dans un premier temps, appropriation d’un objet devenant un symbole de la crise du COVID19 : le masque.


Dans un second temps, exploitation de la rĂšgle de distanciation physique avec une amusante proximitĂ© avec le concurrent McDonald’s.


IKEA, une campagne 100% dématérialisée

Burger King a habilement crĂ©Ă© et exploitĂ© diffĂ©rents contenus. Vous me direz que toutes les marques n’ont pas pu faire ainsi. Parlons d’IKEA qui a habilement tirĂ© son Ă©pingle du jeu en exploitant sa trĂšs forte identitĂ© de marque.

S’agissant du secteur de l’ameublement, la communication d’IKEA Ă©tait Ă©videmment tournĂ©e vers l’intĂ©rieur.

Mi-mars : stay home

Les spots publicitaires d’IKEA sont orientĂ©s sur la qualitĂ© des moments vĂ©cus et partagĂ©s chez soi. Ce nouveau spot utilise habilement plusieurs sĂ©quences qui permettent au passage Ă  IKEA de rĂ©-affirmer que l’intĂ©rieur, c’est une question vitale : un esprit sain, dans un corps sain, dans un intĂ©rieur IKEA.


Début mai : calembours confinés

Ce n’est un secret pour personne, les meubles d’IKEA portent des noms Ă©tranges pour les français. VoilĂ  une façon amusante d’exploiter ces derniers !

D’autres affiches ici

Fin mai : des plans pour s’Ă©vader

Le confinement n’a pas Ă©tĂ© reposant pour les parents. IKEA adapte alors la charte graphique des plans de montage de ses meubles – Ă©galement sujet d’amusement – pour proposer des constructions Ă  destination des enfants.

D’autres plans ici

Pour conclure

Ce qui me frappe parmi ces deux exemples est de constater Ă  quel point les marques qui bĂ©nĂ©ficient d’une identitĂ© trĂšs forte et diffĂ©renciante tendent Ă  exploiter et faire transparaĂźtre ce qui les rend unique, avec une certaine Ă©vidence et alors que la crĂ©ativitĂ© reste bien prĂ©sente.

Et votre marque alors ?

RECEVEZ LES PROCHAINS ARTICLES

Ces articles pourraient vous intéresser